mercredi 22 novembre 2017

Mi-novembre à Crozet : vue de l'Île de l'Est depuis la base

Des paysages toujours aussi spectaculaires ...

Fin d'une journée radieuse, le 11 novembre 2017



 


Tonnerre de Brest !


Le Marion Dufresne est arrivé mi-novembre pour l'OP3 2017 (Opération Portuaire). C'est un moment important de la vie de la base. Outre le ravitaillement et le courrier, toujours aussi attendus (voir l'article d'Yvan, notre Gérant Postal), la troisième escale de l'année du MarDuf à Crozet sonne aussi l'arrivée des campagnards d'été et de la nouvelle équipe de VSC (Volontaires du Service Civique) qui vont servir pour les treize prochains mois dans les Australes. C'est un moment de joie d'accueillir de nouvelles têtes ; mais cette OP fut aussi marquée par le départ anticipé d'un des membres de l'équipe, notre électricien Baptiste. Rapatrié pour raison de santé, il ne sera pas allé au bout de son rêve d'Australes et ce fut un déchirement pour toute la mission 55 de voir partir cette belle (et forte) personnalité. A l'heure qu'il est, il est sur le chemin du retour, en escale à Kerguelen, accompagné de notre ancien médecin, Anne-Claire, dont le départ était, lui, programmé.   

A quelques jours de leur départ, nous avions organisé une petite "soirée des partants" à l'occasion de laquelle l'envoyé spécial d'un grand journal belge a commis un petit article.

Toute la mission 55 souhaite bon vent à Anne-Claire et Baptiste, alias "Barbiche".







Yvan, postier du bout du monde



Portrait du GP de Crozet


Bonjour à tous,

Je me prénomme Yvan. Sur la base Alfred Faure, j’ai une double casquette : d’abord, celle de Gérant Postal ou GP (prononcez « GéPé ») en langage taafien ; et ensuite celle de chargé des télécommunications de la base au Bureau Communication Radio ou « BCR », fonction que j’assume avec mon collègue Brice, notamment en ce qui concerne la veille radio des équipes de terrain dispersées sur l’Île de la Possession.

Drômois et militaire, rien ne semblait me destiner à devenir un jour postier du bout du monde. Mais les circonstances m’ont permis de postuler pour faire partie des quelques militaires, de toutes armes, qui assurent le soutien du District de Crozet dans les différents domaines techniques de la base. J’avais notamment soif d’aventure humaine, et un désir profond de voir de mes propres yeux cette faune animale exceptionnelle qui peuplent les îles subantarctiques.

Le rôle de GP n’est pas si anodin dans les Australes qui sont dans une situation d’isolement tout à fait singulière. Certes, aujourd’hui, les bases sont équipées du téléphone et de l’internet. Mais les lettres et les colis constituent encore un lien privilégié avec le reste du monde. Pour les résidents de Crozet, c’est un vrai rayon de soleil (et Dieu sait qu’il peut se montrer très discret ici) de recevoir par la Poste des marques d’attention de nos proches. Elles sont d’autant plus appréciées qu’elles sont rares : le courrier ne nous parvient que quatre fois durant notre séjour de douze mois sur Crozet, à l’occasion des passages du Marion Dufresne. Une petite carte postale, des chocolats ou autres produits du terroir à partager, sont toujours reçus avec une immense émotion. Et c’est vraiment sympa d’être dans le rôle du Père Noël !

Dans l’autre sens, les programmes scientifiques doivent aussi expédier leurs résultats et échantillons, et il se glisse dans la dépêche postale des tas de lettres qui, à leur tour, montrent à nos proches qu’ils sont bien présents dans nos pensées. Et puis recevoir une belle lettre oblitérée de ces terres lointaines d'un proche ce n’est pas ci commun !

Nous en arrivons à la philatélie (j’ai une petite pensée pour mon oncle qui était un philatéliste passionné). Les philatélistes du monde entier cherchent à compléter leur collection avec des lettres affranchies dans les TAAF. Ils recherchent notamment des oblitérations à des dates précises, par exemple à la date de sortie du timbre ou d’un évènement particulier sur le district. Ou encore des plis marqués du tampon des ornithologues, des manchologues, du  médecin etc. Chacun des membres de la mission dispose en effet de son propre tampon. Les lettres qui partent de Crozet sont donc non seulement oblitérées comme toutes les lettres mais elles portent aussi la marque personnelle des résidents de l’île. Chaque lettre est ainsi unique ; ce qui en fait tout l’intérêt pour les collectionneurs. Certains d’entre eux ont de la sorte une petite histoire de la vie sur le district et la trace de ceux qui y ont vécu. Nous recevons donc à chaque escale du MarDuf des centaines d’enveloppes à affranchir et réexpédier. C’est un exercice qui n’est pas aussi simple qu’il n’y parait … et nos amis philatélistes peuvent se montrer très exigeants. Au début le traitement de ces plis connait quelques ratés : tampon positionné à l’envers, manque d’encrage de celui-ci, trop d’encre sur celui-là … Mais on finit par maîtriser « l’art » de ne pas faire de tache ni de la trace de doigts, tout en répartissant harmonieusement les tampons sur l’enveloppe. 

Un dernier petit mot : merci pour tous les petits messages qui accompagnent les demandes philatéliques. Et à mon tour de vous transmettre mes salutations australes au moyen du traditionnel coup de tampon. 

Yvan, « GP » du district de Crozet
 

 

Postier du bout du monde au boulot ... Yvan vous accueille dans son bureau de la base Alfred Faure (Île de la Possession - Archipel des Îles Crozet)
La dépêche vient d'arriver ... (OP3 2017 - novembre)
Premières distributions de colis à des hivernants impatients
La Poste c'est aussi beaucoup de travail administratif
Le bureau de la gérance postale au milieu d'une OP ... entre réception et expédition de centaines de plis
Bruno, notre "chaud-froid" de la mission 55, particulièrement gâté ... Noël avant l'heure !
Un petit coup de main de Bruno